COMMENT CHOISIR SA VMC ?

Comment choisir sa VMC | HYGIS

Le choix d’une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) peut être un dilemme aussi bien quand il s’agit d’équiper les logements individuels que les locaux professionnels ou ceux recevant du public, comme les restaurants ou les collectivités.


Quel est l’enjeu? A quoi sert la VMC ? Quelles sont les dispositions légales ? Et quel type de système choisir ? Et, comment l’entretien-t-on ?


Nous répondons à vos questions :

 - Enjeu : la qualité de l’air que l’on respire
 - Quelles sont les dispositions légales ?
 - Quel type de Ventilation Mécanique installer ?
 - Comment entretenir pour votre VMC ?
 - Faire appel à des professionnels



Enjeu : la qualité de l’air que l’on respire
Une mauvaise circulation de l’air à l’intérieur des bâtiments peut entraîner une pollution des pièces et avoir des conséquences telles que des symptômes comme des maux de tête, une impression de gorge sèche, voire des malaises ou des nausées. A terme des maladies respiratoires sont même à craindre. Il est intéressant de noter que ces problèmes d’assainissement de l’air intérieur n’ont pas toujours existé et sont apparus avec la nécessité d’isoler les ouvrants pour économiser l’énergie. Avant les années 70 et les crises pétrolières, les habitations, grâce (ou à cause) de leur mauvaise isolation, laissaient entrer beaucoup d’air par les portes et fenêtres, permettant une circulation et donc un renouvellement d’air suffisant pour assainir l’intérieur. La hausse soudaine des produits pétroliers a changé la donne et, en rendant nécessaire l’isolation des logements par économie,  obligé les législateurs et les constructeurs à repenser complètement les normes de construction des bâtiments.


Quelles sont les dispositions légales ?
C’est l’arrêté du 24 mars 1982 qui a modifié en profondeur la construction des bâtiments en rendant obligatoire la circulation de l’air à l’intérieur. Dès lors que les constructions comportaient une stricte isolation des ouvrants il devenait nécessaire de mécaniser l’extraction de l’air vicié vers l’extérieur. Bien sûr il est à noter que l’installation d’une VMC dans une habitation n’est pas obligatoire, mais elle est fortement conseillée. Pour en savoir plus sur les dispositions réglementaires, il faut consulter le Document Technique Unifié 68-3 (DTU 68-3). Dans tous les cas, le choix du type de matériel à installer doit en premier lieu prendre en compte la surface du local.


Quel type de Ventilation Mécanique installer ?
Au départ, les systèmes de VMC sont conçus pour extraire l’air vicié des bâtiments et le rejeter vers l’extérieur. L’air est extrait en priorité des pièces dites « humides » comme la cuisine, la salle de bains et les toilettes. Il faut par conséquent installer un réseau de conduits (en plastique ou en acier galvanisé la plupart du temps) avec d’un côté des bouches d’extraction situées dans les pièces concernées, et de l’autre une sortie d’air souvent positionnée sur le toit, avec un moteur alimenté selon les cas par du courant monophasé ou triphasé.

Désormais, les systèmes de VMC peuvent aussi être « à double flux ». Outre l’extraction de l’air pollué, un système à double flux prévoit également un apport d’air neuf depuis l’extérieur vers les pièces dites « sèches » comme les chambres, le salon, et autres pièces à vivre.

Dans la mesure où l’air neuf vient de l’extérieur, se pose alors la question de la température des pièces dans les périodes de froid en hiver ou de fortes chaleurs en été. Afin de réguler cette température, il existe des boîtiers appelés « échangeurs thermiques » dans lesquels les deux circuits se croisent et se côtoient sans se mélanger sur une longueur suffisante pour que l’air froid se tempère grâce à la température de l’air qui sort. Dans le cas d’une VMC à double flux, il faut bien sûr un deuxième moteur car les deux circuits sont indépendants. Dans le cas de bâtiments professionnels ou recevant du public (ERP), le traitement de l’air est géré par des Centrales de Traitement de l’Air (CTA) qui permettent de traiter, filtrer, et recycler l’air qui circule dans les locaux.


Comment entretenir pour votre VMC ?
Quel que soit le système installé dans votre établissement ou votre domicile, un entretien complet et régulier, au moins une fois par an, est à prévoir d’une part pour maintenir le matériel en état  optimal de fonctionnement et pour garantir la qualité de l’air à l’intérieur.

En effet, au fil du temps, les conduits, les bouches d’extraction, les moteurs, les filtres et même l’échangeur thermique si vous avez un système double flux, se chargent de poussières, de bactéries et d’humidité qui se déposent et s’accumulent. A terme ces dépôts peuvent se transformer en moisissures qui représentent un danger par la pollution qu’ils représentent, et générer des problèmes respiratoires ou diverses pathologies.
L’entretien implique la dépose systématique des bouches d’extraction et leur nettoyage à l’eau chaude savonnée, puis un séchage méticuleux avant leur repositionnement.

Les conduits, dans les immeubles collectifs ou locaux commerciaux, s’ils sont en acier galvanisé feront aussi l’objet d’en nettoyage. L’idéal est d’y introduire des brosses sphériques qui s’adaptent au diamètre du conduit et d’exercer une rotation le long des conduits afin de détacher les dépôts de poussière. La remise en route du système entraînera les matières vers l’extérieur. Il faut bien sûr disposer du matériel nécessaire, et de plusieurs diamètres de brosse, ainsi qu’une longueur de canne suffisante. A noter, ce matériel peut aussi être actionné de façon motorisée. De plus, il arrive que les ouvertures ne soient pas prévues pour nettoyer l’intérieur des conduits. Il faut alors faire des découpes dans le galva et installer des trappes d’accès que l’on pourra ensuite ouvrir et refermer pour assurer l’entretien.

Outre les conduits et les bouches d’extraction, il faut procéder à un nettoyage du moteur et vérifier également l’état des pales et des courroies du moteur. Le moteur étant positionné dans un caisson, il faut dégraisser et en brosser l’intérieur puis refermer le caisson. Là encore les caissons ne sont pas systématiquement équipés d’ouvertures faciles d’accès. Il faudra peut-être en créer une.
Dans le cas où vous disposez d’une VMC double flux, celle-ci nécessitera quelques opérations supplémentaires. La première consiste en un nettoyage systématique de l’échangeur thermique, en ayant bien pris soin auparavant de couper le courant à votre compteur. Si l’échangeur est équipé de filtres supplémentaires il vous faut nettoyer ceux-ci à l’eau, puis vous devrez retirer le noyau de l’échangeur, aspirer toutes les faces et le nettoyer à l’eau chaude à laquelle vous pouvez ajouter un détergent. Cette opération est assez fastidieuse car cet équipement est somme toute plutôt fragile, et doit être manipulé avec précaution.

Comme cette VMC apporte l’air neuf à l’intérieur elle est équipée aussi d’un moteur dont vous devrez effectuer l’entretien. Sa particularité est qu’il est dans un caisson dont une partie est équipée de filtres afin d’assainir l’air venant de l’extérieur. Les filtres ont des maillages allant du plus grossier au plus fin. Il faut les retirer tous, les aspirer, puis les plonger dans l’eau chaude dans laquelle on peut ajouter un détergeant si besoin.
Dans les pièces, comme pour les bouches d’extraction, il faut nettoyer les bouches de soufflage qui ont également tendance à s’encrasser.

 
Faire appel à des professionnels
Bien que disposant de tous les éléments d’information, il vous reste sans doute des questions, des exceptions à prendre en compte ou des configurations qui vous sont propres. De plus, on l’a vu, les opérations d’entretien nécessitent un savoir-faire particulier, le matériel adapté, et du temps dont vous ne disposez peut être pas. L’idéal est de confier ces missions à un professionnel de la VMC.

HYGIS est expert en traitement de l’air, c’est pourquoi, après des années d’expérience dans l’installation et l’entretien de systèmes de ventilation (hottes, VMC), nous pouvons vous aider dans votre choix du meilleur système à installer, et, surtout, dans l’entretien de ce matériel.

HYGIS dispose du savoir-faire, connaît le matériel, et saura vous accompagner dans la maintenance et l’entretien de votre VMC. Contactez-nous pour un rendez-vous avec nos techniciens.